Uncategorized

Autour de l’idée de méta-herméneutique

Three paradoxes and concentric circles

Nous avions évoqué dans de précédents articles la possibilité d’élaborer notre approche des structures cognitives de l’esprit humain qui forme une analyse du type méta-herméneutique. Pourquoi ? D’une part, parce que nous avons été poussé-e-s, du fait des conséquences de la théorie du paradoxe sensorimoteur, à considérer le langage comme structure d’interprétation absorbant et conditionnant notre expérience sensorielle dans son entier. Nous pouvons déterminer les deux qualités principales du langage comme étant la capacité à opérer des analogies et à les combiner entre elles. Les dimensions non-verbales du langage (gestuelle et graphique notamment) sont ainsi essentielles dans la façon dont nous interprétons notre rapport au réel, dans ce que nos expériences intime et sociale entrent constamment en dialogue pour le déterminer.

D’autre part, parce que toute interprétation est co-dépendante d’un ensemble de référence, qu’il s’agisse de référer ses expériences à un ensemble de codes sociaux et/ou à une mémoire personnelle (souvent…

Voir l’article original 1 012 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s