Uncategorized

Note sur l’idée de langage non-verbal

Three paradoxes and concentric circles

En complément de l’article «Trois questions sur la psychanalyse», nous aimerions revenir sur l’idée de «langage sous toutes ses formes» et comment ces aspects s’articulent à la pratique de la psychanalyse. Nous parlons de langage dès lors qu’un élément perçu forme une identification. Cette identification s’effectue par rapport à un ensemble de règles préétablies, qu’elles soient explicites ou tacites, sans cesse interrogées et réactualisées.

De fait, nous incluons les langages dits non-verbaux comme les langages gestuel et graphique parmi les éléments qui influencent la relation entre le ou la patient-e et l’analyste. Spontanément, et comme le dirait la biologiste Julia Serano (en parlant du genrement), de façon compulsive, nous opérons une série d’identifications à partir d’indices perceptibles chez l’individu-e qui nous fait face. Cet ensemble d’indices, qui concernent par exemple l’allure, la façon de s’habiller, de bouger, d’écrire, de parler, font l’objet d’une première lecture et d’une première évaluation…

Voir l’article original 1 551 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s